Be UP

Entre Terre et Mer

Pendant qu'en mer les survivants de la baston se cramponnent pour atteindre le trophée de la Route du Rhum, à terre Arthur et bon nombre de skippers réfléchissent à un nouveau départ.

Le mot de notre skipper

© Gyro Productions #RDR2018

Envoyé dans l'après-midi du vendredi 9 novembre :

"Aujourd’hui, c’est bricolage à bord du bateau pour réparer les petits bobos du bateau : monter au mât pour mettre propre l’aérien envolé, matelotage sur les bouts un peu usés, réparation de la GV, check du reste,... le bateau est prêt à repartir ! Analyse météo cet aprèm et discussion avec d’autres skippers ce soir sur un éventuel départ groupé. À suivre ! Je vous tiens informés rapidement."

Arthur

Le Point sur la Course

Le duel Gabart/Joyon a la peau dure : "Je suis assez épaté qu'on soit là tous les deux"

© hocus-focus.bzh-Macif
Lui ne vole pas à bord de son maxitrimaran "IDEC-Sport" comme Armel Le Cléac'h (Banque-Populaire) ou Sébastien Josse (Edmond-de-Rotschild) mais cela ne l'empêche aucunement de mener la vie dure à l'intouchable Gabart (Macif).

Lui, c'est le doyen des Ultimes Françis Joyon (62 ans) qui, à la surprise générale, profite des abandons de Josse et Le Cléac'h (respectivement avarie majeure et chavirage) ou des escales espagnoles à La Corogne de Coville (Sodebo) et Pilliard (Remade-Use It Again) pour tirer la bourre au recordman autour du monde (42 jours).

"Je suis assez épaté qu'on soit là tous les deux" confiait plein de respect pour son ainé le skipper de Macif hier. De son côté, le dauphin promet "de se battre jusqu'au bout". Un suspens aussi total qu'inattendu donc et qui devrait, selon toute vraisemblance, délivrer son verdict ce week-end.

En Imocas : Boris Herrman qui devrait céder sa première place et l'abandon de Yannick Bestaven

Alex Thomson sur Hugo Boss est à l'heure actuelle 2ème (en ligne directe jusqu'à Pointe-à-Pitre) au large des îles Canaries derrière Boris Herrmann (Malizia 2). Cependant, Les choses pourraient s'inverser dans les prochaines heures puisque Boris Herrmann "va rentrer dans le vaste système de hautes pressions qui commande l’alizé en dessous du 27ème degré de latitude Nord et risque de batailler avec des vents très faibles avant de pouvoir basculer sur sa face Sud" (site officiel de la course).

Pour les mauvaises nouvelles, sachez qu'un nouvel abandon en Imoca a été signalé cette nuit. Il s'agit de Yannick Bestaven à bord de Maître Coq. Ce dernier a subi 2 avaries successives l'obligeant à 2 reprises à faire une halte dans un port. Le règlement de la course n'autorisant qu'une seule escale en dehors du rayon de 150 milles autour de Saint-Malo, l'abandon était donc inéluctable.

Multi 50 : le haut du panier au coude à coude avec les Imocas

Du côté des Multi 50 (trimarans de 50 pieds), les plus en avant de cette course sont au même niveau que les plus rapides des Imocas (au large des îles Canaries). Armel Tripon à bord de Réauté Chocolat (2ème au classement Multi 50) évolue en effet non loin des imocas Hugo Boss (Alex Thomson) et SMA (Paul Meilhat).

Class40 : Richomme en tête, une sacrée baston derrière

La compagnie des Class 40 est toujours tirée par Yoann Richomme à bord de Veedol. Derrière lui, les plus coriaces n'ayant pas opté pour un retour au port sont déjà au large du nord du Maroc tandis que les plus en arrière s'apprêtent à dépasser le cap Finisterre. Ils semblent avoir résisté à la 4ème dépression prévue pour aujourd'hui !

A terre, une bonne partie des bateaux est encore arrêtée dans des ports (essentiellement bretons) et envisage un départ plutôt en fin de week-end.

La bad news

Willy Bissainte :  "dans quatre ans, j’y serai !"

Le skipper guadeloupéen Willy Bissainte, également soutenu par GEO PLC, après son abandon :

« Je suis très déçu. Ça faisait deux ans que je travaillais énormément sur ce projet. Je suis déçu pour mes partenaires, pour ma famille, pour mes amis. Je remercie la SNSM et les secours qui m’ont sauvé avec le bateau. Je suis à Roscoff, le bateau est hors de l’eau et on a entrepris des réparations. Le safran et la quille sont touchés. L’architecte, l’expert, l’entreprise qui a réalisé la quille et celle qui fait les travaux : tout le monde m’a conseillé de ne pas repartir. Mais je vais rebondir ! On a déjà tout enclenché pour réparer le bateau. Dans quatre ans, j’y serai ! Après, on va stocker le bateau et je viendrais prendre ma  revanche. J’ai fait 6 traversées sans problème et il y en aura d’autres."

On est avec toi Willy !

Bulletin météo du jour

"Ce Vendredi, une perturbation très active sur le proche atlantique se dirige vers le golfe de Gascogne et génère un fort coup de vent de sud-ouest avec des rafales tempétueuses."

Pascal Scaviner, METEO CONSULT

Portez-vous bien et soyez UP

© Gyro Productions #RDR2018
Catégories : Carnet de bordSuivre le Rhum d'Arthur