Be UP

La sage décision

© Gyro Productions : "Vivez le grand départ d'Arthur" #RDR2018

Déjà 3 jours que le départ a été donné ! 3 jours rudes pour Arthur et le reste de la flotte.
Mer très agitée, vent fort, rafales puissantes, passages de grains, les éléments de la nature se déchaînent contre nos marins de la 11ème édition de la Route du Rhum-destination Guadeloupe.

Le départ vu de la vedette UP

Associé d'Arthur dans le cadre de leur société En1Clic, de son projet UP Sail & Connect et ami de toujours, Aymeric Grouas nous livre son sentiment sur ce départ côté spectateur.

"Départ hyper impressionnant ! La vedette était au milieu des essais des ultimes, c’était magnifique avant le départ de la course ! Nous étions au nord de la ligne, malheureusement assez loin des Class 40 donc nous n’avons pas pu accompagner Arthur. Nous avons vu Macif « déposer » Banque Populaire dès le départ. On ne sait pas si BP avait déjà ses problèmes d’énergie sur les premiers miles, mais ça reste très impressionnant.
Ce qui m’a marqué est aussi le comportement très serein d’Arthur avant le départ. L’excitation devait être évidemment là, mais il gérait très bien la situation."

 

Le mot de notre skipper

© Gyro Productions #RDR2018

Envoyé dans l'après-midi du mardi 6 novembre :

"Hello à tous,
J'ai pris la direction de Lorient. Les prévisions pour vendredi ne me plaisent pas. L'autre option était l'Espagne mais si je loupe le timing ce sera compliqué aussi. Je préfère donc agir en bon marin et rentrer à la "maison". On envisagera un nouveau départ une fois arrivé et les petits bobos réparés du bateau.
Sinon tout va bien à bord !

Au taquet !"

Envoyé dans l'après-midi du mercredi 7 novembre depuis Bénodet :

"Bien amarré à Benodet. Un immense merci au port de Benodet pour leur accueil. Ça fait du bien après 3 jours de baston. Ça a été dur, le truc le plus dur que j’ai jamais subi, j’en ai pleuré toutes mes larmes en arrivant. Mais faire demi-tour hier était la décision la plus sage et je remercie les quelques personnes que j’ai appelé et qui m’ont aidé à la prendre, particulièrement ma femme Lo Gascoin Delap . Après une bonne douche je vais déguster mon premier repas chaud depuis dimanche soir : les lasagnes de @claireetthomas 😋. Après une bonne nuit de sommeil on verra pour la suite. Au taquet !!!!
Je vais aussi lire tous les messages que j’ai reçus, ça fait trop plaisir !!!"

Suivre Arthur à chaque instant

L'intervenant du jour ​

L'ex de la Team UP Xavier Pellerin, alias "le couteau suisse" alias "l'oeil de l'expert", comprend le choix d'Arthur et lui apporte son soutien.

"Sacré commencement pour cette 11ème route du rhum, et quel baptême du feu pour notre cher Arthur ! 
Après une sortie de la manche plutôt rapide mais calme pour la saison, les conditions se sont nettement dégradées pour l'ensemble de la flotte ! 
Courageux, Arthur a essuyé le passage du premier front dans la nuit de lundi à mardi et une mardi toute la journée ! Fidèle à lui-même et prudent depuis le début, il s'est accroché en grappillant des places au classement tout en préservant son navire !
Décidant finalement de se dérouter vers Lorient, à la vue des prévisions météorologiques, ce choix me paraît être de plus en plus justifié : après la casse impressionnante chez les ultimes et les imocas, c'est au tour des class40 d'avoir des ennuis (Louis Duc sur Carac...). Mais le coup de vent le plus important est prévu pour vendredi et il semble plus sage de ne pas s'y jeter (surtout après des premiers jours éreintants pour les hommes et les bateaux ! 
Ce doit être frustrant mais il faut désormais attendre la bonne fenêtre afin de traverser le golfe de Gascogne et déborder les côtes du Portugal afin d'évoluer vers des eux plus clémentes ! 
Allez Arthur, repose toi bien et au taquet !!!"

Où en est la flotte après 3 jours de déluge ?

Comme vous avez sûrement pu le constater en suivant la course et l'avancée des marins, ils sont nombreux à céder face à l’assaut de la mer et du vent. Les dégâts sont nombreux. Dégâts matériels certes mais souvent rédhibitoires à la traversée.

Dans la catégorie des Ultimes, ils ne sont plus que 3 (sur 6) en course pour l'instant : Gabart (Macif) et Joyon (IDEC Sport) loin devant le reste de la flotte se battent en duel. C'est tout de même toujours Gabart en tête, profitant d'une avance de 60 milles sur Joyon.
Romain Pilliard à bord de Remade marque une pause à la Corogne le temps de faire quelques réparations à bord de son trimaran.

De son côté, Armel Le Cléac'h a été secouru sain et sauf hier soir et rejoint le continent pour retrouver ses équipes.

Pour la classe Imoca, les dégâts sont grands. 9 d'entre eux ont subi des avaries les obligeant à mettre le cap vers la Bretagne ou le Portugal : Bureau Vallée, Groupe Sétin, 4myplanet, Charal, Monin, Pure-Family Mary, Initiatives Coeur, Newrest-Art & Fenêtres et Maître Coq. Pour certains, l'aventure s'arrête ici car les dégâts sont trop importants pour envisager une réparation rapide et un départ proche.

Pour nos chers Class 40, la casse paraît moins violente que chez nos amis les Imoca. Tout comme Arthur, ses concurrents choisissent pour la plupart d'entre eux le retour en Bretagne. L'objectif : se mettre à l'abri le temps que les dépressions successives se calment et envisager ensuite un départ plus serein. Cela leur laisse le temps de se reposer et de faire un point sur l'état du bateau.On décompte en ce moment 17 Class 40 (sur 53) qui se sont dérouter pour trouver un abri.

A l'instar des Class 40, les Rhum Multi et Rhum Mono se réfugient également. Au total, 17 bateaux de la catégorie Rhum rejoignent la terre ferme bretonne ou espagnole pour reprendre leur souffle.

Une année donc difficile pour nos marins qui sont mis à rudes épreuves par Dame Nature.

Ci-dessus, la position d'Arthur ainsi que celles de Francis Joyon sur IDEC Sport et de François Gabart sur Macif (en bleu).

Le témoignage d'autres skippers

William Mathelin-Moreaux à bord du Class 40 Beijaflore (le voisin de ponton d'Arthur pendant l'année à Lorient) :

"C’est la tempête ici, encore 3 jours mais le plus dur reste à venir selon le dernier fichier [😮]. Je prie pour que mon pilote de secours tienne le coup [un problème de capteur sur son pilote principal l'oblige à utiliser son secondaire pour le moment. Il fera une réparation dès que le vent le permet] !
Sinon ça va, 6-7 mètres de creux aujourd’hui, j'ai jamais vu ça et des rafales à 50 nœuds [92 km/h, soit force 10].
Cette nuit, c’était pas cool donc je suis toilé au minimum pour que ça passe.
Je reste à l'intérieur pour me reposer et attendre que ça passe. J'arrive à bien dormir mais un peu moins bien à manger."

 William n'a pour l'instant pas choisi de rentrer faire une pause le temps que le déluge s'arrête. Vous pouvez donc constater que la difficulté est grande et que bateaux et marins subissent des conditions terribles...

 Carl Chipotel à bord du Class 40 Pep'Gwadeloup :

"En ce moment, je suis plutôt en mode survie, j'essaie de faire avancer le bateau, je sais qu'on a encore du gros temps à passer, c'est compliqué, je me concentre pour que le bateau aille mieux et pour récupérer, parce que je suis pas mal fatiguée. D'ici, trois jours ou quatre, lorsque je serai à la latitude des Açores, ça ira mieux."

Bulletin météo du jour

"Ce mercredi, entre deux perturbations, c’est un fort régime d’ouest très instable avec de violentes rafales et une mer très forte qui caractérise la situation pour la majorité des concurrents situés sur le proche atlantique."

Pascal Scaviner, METEO CONSULT

Portez-vous bien et soyez UP

© Gyro Productions #RDR2018
Catégories : Carnet de bordSuivre le Rhum d'Arthur